EXCISIONS

Pour l'Europe 100% laïque

« Se référer à la parole de dieu à tout bout de champ freine le développement des sociétés »

Abdelmajid Charfi, réformateur tunisien

frapinath.com

Vous souhaitez donner votre avis ?

Ou encore parler de vos combats contre les mutilations ?

Que vous soyez d'accord ou non avec les auteurs des articles publiés dans cette rubrique, exprimez-vous librement :

contact@frapinath.com

Excisions

Plus de 8.000 femmes sont mutilées sexuellement chaque jour. C'est un crime contre l'humanité pratiqué dans le silence.

Pour rompre le silence sur la mutilation

et la souffrance des fillettes

et des femmes :

partagez cette page

sur vos réseaux sociaux

Combien de temps encore faudra-t-il pour arrêter ça ?

Il y a bien sûr les grands drames de la faim, de la malnutrition, de l'impossibilité d'accéder à l'eau potable, des soins défaillants... Mais il y a cet autre pratique ancestrale qui se déroule quotidiennement, touchant environ 8000 êtres humains de sexe féminin : l'excision. Cette coutume ancienne consiste à pratiquer l'ablation du clitoris, voire des lèvres qui protège le vagin.

 

Une souffrance pour la vie

Lequel vagin et l'ensemble du pli vulvaire peuvent aussi être cousus à l'exception de trois centimètres pour laisser passer les écoulements urinaires et menstruels et permettre le passage de la verge du mari, selon les exigences de celui-ci.

La photo ci-contre a été prise au Mali. Elle témoigne de la souffrance à laquelle sont condamnées presque toutes les femmes de ce pays – à l'exception d'un infime minorité. Une souffrance opératoire car sans hygiène et sans anesthésie. Mais surtout un souffrance pour le reste de l'existence, physique et psychique.

Cette carte du monde nous dit que les femmes restent soumises aux mutilations sexuelles dans de nombreux pays. En rouge, ce sont les pays où plus de la moitié de la population féminine a été excisée, voire infibulée (couture de l'entrée du vagin et des tissus de la vulve.

Voici une scène d'excisions collectives. En Egypte, 90% des femmes subissent l'ablation du clitoris et presqu'autant des lèvres vulvaires.

L'Afrique et l'Asie du Sud-Est sont les deux régions du monde où l'excision reste largement pratiquée.

L'ablation du clitoris et des tissus de la vulve n'a d'autre but que d'interdire l'accès des femmes à l'épanouissement sexuel et à un orgasme que les hommes pourraient leur jalouser. Il s'agit bien d'une dénaturation et une réduction du corps des femmes à une fonction de reproduction. Avec toutes les soumissions que cela induit.

 

La lutte contre l'excision reste un combat encore marginal parmi les population d'Afrique, ou qui en sont issue. A Paris, pas de problème pour faire entendre sa voix. Il n'en est pas de même dans les pays les plus concernés où la liberté d'expression est restreinte.

Vous souhaitez réagir ?

ECRIVEZ-NOUS